JOURNAL L'ALSACE 7:11/2019 (EDITION THANN)

UFFHOLTZ | 

Avec les paroles sur le programme, les très nombreux auditeurs du concert des citharistes, dimanche à l’église Saint-Érasme

d’Uffholtz, ont chanté avec eux Prendre un enfant par la main. Ils ont repris en murmurant Dona nobis pacem , un bis réclamé par un public debout et applaudissant des concertistes pleins de talents.

Il faut dire que le rare concert des citharistes de Mulhouse a été comme une apothéose de fin d’année pour les groupes de la

région qui jouent de cet instrument, tels que ceux de Thann ou du Sundgau.

Le présentateur du programme, Alain Kieffer, a rappelé la vie de saint Érasme, qui a subi le martyre en faisant un parallèle « avec le sanctuaire qui a été détruit et chaque fois reconstruit. La foi donne de l’espoir et une force ». La présidente Marie- Claire Kennel a présenté le groupe constitué en 1984. 

Au-delà des cithares, des guitares, mandole et mandoline, Jean Hurter a joué de la flûte de Pan et du thérémine, notamment

ce Souvenir d’été japonais arrangé par lui. De grands moments.

JOURNAL L'ALSACE et les DNA Le 04/04/2018 

 

L’Harmonie de Lutterbach et la classe des Explorateurs proposent un moment exceptionnel avec l’Orchestre des citharistes de Mulhouse et les professeurs de l’école de musique en invités, le dimanche 8 avril à 16 h à la basilique.

L’Association des citharistes de Mulhouse a été créée en 1984. L’ambiance chaleureuse a séduit d’autres interprètes, si bien que le petit groupe est devenu l’Orchestre des citharistes de Mulhouse. Il se compose actuellement de 16 musiciens, accompagnés par les solistes François Thuet à la guitare, Anne Thuet à la mandole, Marie-Josée Sisselin à la mandoline, Jean Hurter à la guitare et à l’étonnant thérémine, instrument rare. La douceur des sons de la cithare apporte à la formation et au public de beaux instants de quiétude.

Pour la première fois, les professeurs de l’école de l’Harmonie mettent leur talent au profit de la Conférence Saint-Vincent-de-Paul de Lutterbach. Musiciens et pédagogues passionnés, pianiste, flûtiste, clarinettiste, saxophoniste, guitariste, ils vont présenter un répertoire original, où les instruments se marient tout en finesse.

DNA mars 2018 Concert de printemps par l’Ensemble des citharistes de Mulhouse, dimanche 18 mars à 17 h à l’église luthérienne

Créateurs de paix et de joie


Le concert de printemps proposé par l’Ensemble des citharistes, à l’église luthérienne de Mulhouse, est une belle occasion de découvrir une fois de plus cet instrument à cordes à l’honneur dans les veillées d’antan d’outre-Rhin et en Alsace. 

Quelques passionnées, en 1984, à travers une association, ont remis un jour cet instrument de musique d’une sonorité si particulière qui ressemble à la résonance de la petite mélodie de l’âme et qui enchante les mélomanes. Concert après concert, le nombre de fervents de la cithare est en augmentation.Sérénité musicale garantie
L’ensemble des citharistes de Mulhouse compte aujourd’hui 16 citharistes, qui se sont enrichis de six solistes. François Thuet apporte son talent de guitariste, Marie-Josée Sisselin est à la mandoline, Anne Thuet à la mandole, Jean Hurter est à la guitare et au thérémine et Francis Hirspieler manie avec dextérité sa contrebasse, ce qui forme un ensemble musical unique dans la région et même pardelà les frontières.
La directrice musicale, Jeanine Grosjean, a composé un programme qui conduira inéluctablement le public vers la paix et la joie. Le concert s’ouvrira par l’interprétation de Coquelicots Polka , un air écossais. Suivra la musique du film, Il était une fois dans l’Ouest, le 3e  Homme d’Anton Karas, The Rose de Bette Midler, une splendeur musicale, Sound Of Silence de Simon et Garfunkel.
La deuxième partie du concert mettra à l’honneur le compositeur maison de l’ensemble des citharistes, Jean Hurter. Ils interpréteront Un vrai Bonheur et La Calabraise pour enchaîner avec Fleur de Cerisier que Jean Hurter accompagnera au thérémine.
Enfin la directrice musicale a également inclus dans son programme du Mozart, Renaud et Yves Duteil, sans oublier la sublime chanson d’ Amazing Grace , écrite au XVIIIe siècle par John Newton, initialement une musique pour cornemuse.
 

 

DNA -  MARS 2017

Église Sainte Marie Centre-Ville - Mulhouse

Ravissement musical printanier

L’ensemble des Citharistes de Mulhouse et le Chœur d’Hommes du Florival, lors de leur concert de printemps, ont enchanté le public par une prestation musicale d’un pur ravissement.

Le Choeur d’Hommes du Florival, l’ensemble des Citharistes de Muhouse et la soliste Caroline Fest, tous unis dans un même élan pour le partage de la beauté de la musique. 

Les choristes, dès l’entame du concert, ont offert au public un magnifique chant spirituel : Die Himmel Rühmen de Ludwig van Beethoven. Georges Gully, directeur musical du Chœur d’Hommes du Florival, a placé ses choristes sur le piédestal de l’excellence.

Ont suivi deux interprétations de l’ensemble des Citharistes : Hamabe No Uta, qui a permis de mettre en exergue la mandole et le thérémine (un des plus anciens instruments de musique électronique), et Trois petites notes de musique. Une belle ritournelle entraînante - popularisée par Yves Montand - qui invite à la danse, magnifiquement accompagnée par Caroline Fest au violon.

La perle du concert a été incontestablement l’interprétation d’Amazing Grace par les citharistes, sous la direction de Jeanine Grosjean, le chœur d’hommes et la mezzo-soprano Caroline Fest. Un moment d’allégresse musicale et de partage d’émotion intense.

Les choristes et les musiciens avaient atteint l’objectif que beaucoup de mélomanes attendent lors des concerts : susciter l’émotion des sentiments.

Ce sont les choristes du Chœur d’Hommes du Florival qui ont merveilleusement interprété Hallelujah de Léonard Cohen avec de subtiles nuances avant une courte pause.

La deuxième partie a fait la part belle à des compositions connues par le public, telles que le 3e homme (Anton Karas), la Ballade nord-irlandaise, les Corons, La Paloma, White is White et pour terminer ce magnifique concert qui, on l’aura compris, n’a laissé personne insensible à la beauté de la musique : The Sound of silence (Simon & Garfunkel).

L'Alsace juin 2017

Après introduction du concert par Christian Sutter, maire d’Illfurth, la chapelle de la Burnkirch a résonné des mélodies harmonieuses interprétées par l’ensemble des citharistes de Mulhouse. Organisée par Fabienne Bamond, adjointe à la culture, cette manifestation a réuni de nombreux mélomanes intéressés par cette musique. Pour ce programme très éclectique, revisitant des ballades traditionnelles irlandaises, la musique classique ou des standards de la variété, la formation regroupant une quinzaine d’instrumentistes a associé des musiciens jouant de la guitare, de la mandoline ou encore de la harpe. Jean Hurter, compositeur et interprète, a fait découvrir à l’assistance le thérémine. Ce bien curieux instrument, mis au point en Russie au siècle dernier, fonctionne avec des ondes véhiculées par des antennes électromagnétiques. La prestation de cet ensemble musical a été saluée par les applaudissements nourris du public.

L'Alsace (Guebwiller) 27/09/2017 
Les citharistes de Mulhouse plébiscités au Schauenberg 
 
Les citharistes de Mulhouse ont conquis les cœurs des amis de la musique, dimanche, à la chapelle Notre-Dame. 


Dimanche après-midi, c’est dans une chapelle de Notre-Dame du Schauenberg occupée jusqu’à la dernière place que l’ensemble des Citharistes de Mulhouse a offert un splendide concert. 
Il est revenu à Nicole Schmitt, présidente des Citharistes, de présenter ce groupe de musiciens et de musiciennes grâce auxquels, depuis 1984, la cithare a pris une nouvelle et belle envolée. Elle a tenu à remercier les amis de la musique et les responsables du pèlerinage de leur précieux soutien. 
Sous la direction de Jeanine Grosjean, ces citharistes ont séduit le public grâce à un programme d’une rare diversité et qui se déroula dans la quiétude. Si une large partie du répertoire était consacrée aux œuvres composées par Jean Hurter, un des membres du groupe, la présence, en plus des cithares, de guitare, mandole, violon, flûte de pan et d’un thérémine, a permis de jouer des mélodies d’ici et d’ailleurs, tant folkloriques que classiques. Des applaudissements nourris ont ponctué chaque interprétation.

​Les

CITHARISTES de

MULHOUSE